agonia
romana

v3
 

Agonia - Ateliere Artistice | Reguli | Mission Contact | Înscrie-te
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Articol Comunităţi Concurs Eseu Multimedia Personale Poezie Presa Proză Citate Scenariu Special Tehnica Literara

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Texte de acelaşi autor


Traduceri ale acestui text
0

 Comentariile membrilor


print e-mail
Vizionări: 3580 .



Mélancolie
poezie [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
de [donaris ]

2010-06-19  | [Acest text ar trebui citit în francais]  

Traducere poezie - Traduceri poezii si alte texteAcest text este o traducere.  | 



C’était comme si les nuages avaient ouvert une porte,
Par où la reine blanche de la nuit passe, morte.
Ô dors, ô dors en paix entre mille luminaires,
Dans la sépulture bleue et dans ton fin suaire,
Dans le cintre des cieux, splendide mausolée,
Toi, le monarque nocturne, beau, doux et adoré!
Les étendues du monde sont sous le givre blanc,
Qui couvre les villages d’un voile énorme, brillant;
L’air étincelle, clair; comme si elles étaient chaulées,
Demeures, ruines luisent sur le champ desolé.
Avec ses croix penchées, seul veille le cimetière,
Une chouette grise, sinistre, se pose sur l’une d’elles.
Et le clocher crépite, la cloche heurte les piliers;
Le transparent démon, passant à sa volée,
Effleure très doux le cuivre de son aile crenelée,
Faisant sortir une plainte aiguё et prolongée.
L’église en ruine
Reste pieuse, vieillie et tristement s’incline;
Par les carreaux brisés, les portes, siffle le vent –
Il semble qu’on entend ses mots ensorcelants –
Dedans, sur les icônes, les murs et les piliers,
Rien que des contours tristes, des ombres sont restées;
Comme prêtre, un grillon file une pensée obscure,
Comme chantre: une vrillette susurre dans le vieux mur.

................................................................................

C’est la croyance qui peint les saints dans les églises –
Et dans mon âme elle mit ses féeries exquises,
Mais les orages de la vie, ses vagues sans pitié
Rien que des contours tristes, des ombres y ont laissé...
En vain je cherche ce monde dans mon cerveau lassé,
Car triste, tardif y chante un grillon égaré;
Et sur mon coeur désert, en vain la main je tiens,
Il bat comme la vrillette dans un cercueil, doucement.
Et il me semble, lorsque je pense à ma vie,
Qu’elle coule doux, racontée par la bouche d’autrui,
Comme si n’était pas mienne, comme dans un rêve trompeur.
Qui est celui qui conte mon histoire par coeur?
Je dresse vers lui l’oreille – et ris de ce que j’entends
Comme des douleurs d’un autre ... Serais-je mort pourtant?

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii Casa Literaturii, poeziei şi culturii. Scrie şi savurează articole, eseuri, proză, poezie clasică şi concursuri. poezii
poezii
poezii  Căutare  Agonia - Ateliere Artistice  

Reproducerea oricăror materiale din site fără permisiunea noastră este strict interzisă.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politică de publicare şi confidenţialitate

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites!